Billet d'humeur

 

La lecture de certaines revues de clubs ou encore du courrier des lecteurs des publications qui traitent de l'automobile ancienne me rend parfois plus que perplexe et pour tout dire me fait grimper sur mes grands chevaux !

Pas toujours facile de se contenir. Pas toujours facile de se retenir de répondre vertement aux allusions de certains.

Difficile de supporter le regard "bienveillant" de l autre, écrasant de toute sa hauteur le "pauvre" petit propriétaire d une Truchmol 2 cylindres en ligne alors qu eux ont la joie ineffable de posséder au fond de leurs garages une dizaine de "super~hyper~chars~à-draguer~les nanas~et~à~hébahir-le-bon~petit~peuple" dont la plus minable d'entre elles ne possède que 16 cylindres en V.

Dur-dur de fréquenter ces puristes de tous poils qui savent tout mieux que n importe qui et dont la première réflexion, alors qu ils contemplent votre ancienne que vous avez restaurée avec amour et pour laquelle, par goût, vous avez choisi le dernier rose pistache de chez Toystota, est: -"Dommage que la teinte ne soit pas d origine".

Pas d origine, le mot est lancé, pas d origine, Ben oui, et alors ! Je me souviens d un délégué de vente du garage Ford de mon bled qui, dans les années 60, faisait systématiquement repeindre dans un autre ton le toit des Taunus quil utilisait pour visiter sa clientèle.
Ces voitures étant destinées à être vendues par la suite comme véhicules de direction.
Pourquoi faisait-il ça ? Tout simplement parce que la mode étant aux deux tons, il savait que la voiture se vendrait. plus facilement.
Et paf ! Elles n étaient, déjà plus d origine après quelques jours.
Et, que dire de toutes les "hybrides" dues aux fabricants ou aux concessionnaires eux-mêmes. Alors, l origine! ?
Mais, dans le fond, franchement, dites-moi ! l essentiel ne serait-il pas ailleurs ? Ne serait-ce pas, par exemple, le plaisir de savourer une bonne bière au bistro du coin en guise d apéro lors de nos balades (avec un seul L puisqu’elles ne sont pas toutes des poèmes) et de partager une bonne assiette toute simple entre copains sans devoir vider son compte en banque et sans s occuper de la taille et de la valeur de son ancêtre ou de celle des autres ? Ca c est et ça restera « LE » vrai bonheur, celui que l on trouve au BTC.

Et tant pis pour les « matuvu » qui mesurent la valeur de l*autre à l épaisseur de son portefeuille ou à la cylindrée de sa bagnole.
Allez voguer ailleurs Messieurs et bon vent sous ces autres cieux.

Edward